Dans le miroir d’Alice

Alice, le personnage des aventures de Lewis Carroll, constitue un bon emblème de la corporation des géographes : armée de sa seule curiosité, elle part à la découverte du pays des merveilles et du pays des miroirs dont elle essaie de retracer l’originale géographie. A aucun moment, elle n’est étonnée par le caractère extraordinaires des aventures qui sont les siennes. Ce déni tire son origine dans l’expérience originelle du miroir par laquelle Alice se trouve propulsée de l’autre côté : le lecteur assiste en effet à la conduite d’une expérience scientifique menée dans la plus parfaite rationalité, mais ce qui la rend possible est justement l’irruption brutale de l’imaginaire. Loin d’être exclu de la démarche scientifique, l’imaginaire est au contraire ce qui la rend possible.

C’est au prisme du miroir d’Alice que ce carnet explorera la géographie et les géographes. Que se passerait-il si les géographes se voyaient franchir le miroir ? Comment mettre en évidence la part d’imaginaire de tout travail scientifique ? Ce sont ces questions qui servent de fil à mes recherches sur l’histoire des géographes et de leur imaginaire.